bienvenue

A propos

… La nécessité de sonder les entrailles du système bourgeois s’impose alors pour s’apercevoir que les différents aspects qu’il génère sont liés parce qu’ils sont le produit du même mode de production, d’échange et de pensée bourgeois. D’ailleurs, pour favoriser ses intérêts de classe, la bourgeoisie se dresse comme une franc-maçonnerie contre les aspirations des peuples pour générer d’un même mouvement les inégalités croissantes, la destruction de la planète et le désenchantement du monde. Dans sa lutte de classe, il n’est pas difficile de s’apercevoir que la bourgeoisie n’impose pas que son mode de production et d’échange, elle impose aussi son mode de pensée. Ainsi par exemple, les appareils idéologiques et les prêtres du système bourgeois (doxa, « spécialistes », littérateurs de tout genre…) s’emploient matin, midi et soir à vouloir maintenir le peuple dans la discipline et la soumission, tout en dénigrant et en combattant toute perspective d’émancipation des classes populaires.
C’est toute l’importance de la question de l’idéologie comme fonction déterminée dans la lutte sociale qui est alors posée. D’où l’intérêt capital pour les dominés d’utiliser l’arme de la critique radicale et non pas cette autre critique dite « réaliste » qui travaille à sauver le système de l’effondrement, en gémissant sentimentalement sur le sort des plus pauvres. L’esprit critique est l’antidote à tous les mythes mortifères qui empêchent le changement réel. A partir du moment qu’il est impossible de contenir un liquide sur une surface plate, l’esprit libre de haute critique permet de faire sauter les verrous et ouvrir les portes sur le réel changement et l’émancipation des dominés qui en résulte. Cette émancipation sera l’œuvre des dominés eux-mêmes.
 
Je vous invite maintenant à aller découvrir les livres mis gracieusement à votre disposition sur ce blog.